Parcours de soins (RCP,dispositif d'annonce, PPS, Soins oncologiques de support)

Le Plan cancer a notamment pour objectif de garantir à chaque patient un parcours de soins personnalisé et efficace et de renforcer la coordination des soins, pendant et après la maladie. C'est dans ce cadre que les actions du 3C sont menées pour accompagner les patients depuis l'annonce de la maladie jusqu'à la vie après le cancer.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  
Cancer-CHU-Bordeaux

Vous trouverez dans cette rubrique des informations sur les missions du 3C relatives aux différents temps du parcours de soin.

DISPOSITIF D'ANNONCE (DA)

Le dispositif d'annonce est un dispositif pour informer et accompagner le patient tout au long de l'annonce de la maladie et de la proposition de traitement.

Le dispositif d'annonce est porté par la mesure 40 du Plan Cancer 2003-2007 :

Consulter les documents sur le dispositif d'annonce :
> Présentation du dispositif d'annonce sur le site de l'INCa
> Présentation du dispositif d'annonce rédigé par l'INCa et la ligue contre le cancer Destiné aux professionnels de santé il précise le contexte et les objectifs du dispositif et livre plusieurs témoignages sur l'annonce

La mise en place du dispositif d'annonce doit permettre au patient de bénéficier :

d'un temps médical d'annonce et de proposition de traitement réalisé par un médecin
: avec un temps d'annonce du diagnostic de cancer, un temps pour la proposition de stratégie thérapeutique définie lors de la Réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP), un temps pour la remise du Programme personnalisé de soin (PPS) : ce PPS contient la proposition de traitement qui a été acceptée par le patient.
Cette consultation a pour objectif de permettre au patient de prendre les décisions concernant sa santé y compris avec un délai de réflexion.


d'un temps d'accompagnement soignant : réalisé par un professionnel paramédical  (dont les infirmiers dits "Temps d'Accompagnement Soignant ou TAS") :

L'entretien est proposé à la personne malade et à ses proches, ou parents en oncopédiatrie. Cette consultation paramédicale repose sur les points suivants :

> Un temps d'écoute, de soutien et d'échange pour le patient
> Une clarification sur l'organisation pratique des soins suivant les informations déjà délivrées
> Une appréciation des besoins du patient et une présentation des partenaires de santé

- orientation vers d'autres professionnels (assistantes sociales, psychologue, diététiciens, socio-esthéticiennes...)
- informations sur les associations de patients et leurs services
- information sur les espaces de dialogue : Espace de rencontres et d'informations (ERI) du CHU de Bordeaux
- d'un accès à des compétences en soins de support : les patients et leurs proches peuvent avoir accès à des professionnels  spécialisés en soins dits de support : onco-psychologues, diététiciens, assistants sociaux, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, professionnels de la douleur, soins palliatifs                                                                                                                                                                                                       

un temps d'articulation avec la médecine de ville : Liaison et coordination entre les différents professionnels concernés (médecins référents de la prise en charge du cancer, infirmiers du Temps d'accompagnement soignant (TAS), Infirmier de coordination en cancérologie (IDEC), spécialistes des soins de support).

Le dispositif d'annonce constitue une des conditions transversales de qualité dans le cadre du dispositif d'autorisation des établissements de santé pour la pratique de la cancérologie.

REUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP)

Les Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) sont un lieu :
- de discussion entre différents spécialistes sur les stratégies diagnostiques et thérapeutiques en cancérologie
- d'échanges de pratiques entre professionnels de santé

Elles sont un élément essentiel de qualité pour la coordination et l'organisation de la prise en charge du patient atteint de cancer.

Principe de fonctionnement d'une RCP
- tout nouveau patient atteint d'un cancer et ceux présentant une rechute doivent bénéficier d'un avis émis lors d'une RCP : cet avis constitue une proposition de prise en charge adaptée
- cet avis doit lui être communiqué et placé dans le dossier médical sous forme de fiche :

La proposition de prise en charge s'appuie sur des référentiels
  • nationaux : validés au niveau de la région
  • régionaux : élaborés de façon collégiale pour chaque spécialité par les  groupes thématiques régionaux (GTR)
  • mis à disposition au niveau de chaque lieu de RCP via Internet
 

> Accès Réseau régional de cancérologie


Les dossiers patients sont soit discutés soit enregistrés :
  • Dossiers discutés avant la mise en route du traitement = Dossiers ne relevant pas de référentiels validés ou dossiers dont le réexamen s'impose chaque fois qu'il y a un changement significatif d'orientation thérapeutique
  • Dossiers enregistrés = Dossiers répondant à une procédure standard de prise en charge, ayant fait l'objet d'un accord pluridisciplinaire, traduite dans un référentiel de pratique validé et actualisé
 

> Consulter les annuaires de RCP au CHU de Bordeaux


Le médecin qui inscrit un patient en RCP doit s'assurer que le dossier est complet, sur le plan clinique et paraclinique (anapath, imagerie...).


ORGANISATION DES RCP

Pour toute mise en place de RCP, la 1ère étape est l'élaboration d'une Charte de fonctionnement  par le référent médical de la RCP et le 3C
  • Identification d'un médecin référent par type de RCP
  • Identification des participants habituels
  • Date, fréquence et lieu de réunions préétablis
  • Circuit de fonctionnement (secrétariats impliqués, procédure d'inscription des dossiers patients, visioconférence)

 
Elaboration d'une Fiche de RCP pour tous dossiers à passer en RCP
  • Cette fiche est pré-remplie avant la RCP et complétée au moment de la RCP : une fiche RCP doit être impérativement remplie pendant la RCP pour chaque cas enregistré ou discuté en RCP
  • La fiche RCP est standardisée (reprenant les critères définis par l'INCa et le réseau de cancérologie d'Aquitaine) => à télécharger  en cliquant ici
 


Respect de la multidisciplinarité = Quorum
Pour chaque type d'organe, le quorum = au minimum 3 spécialités différentes (le nombre et le type de spécialités est en principe mentionné dans les référentiels de pratiques)
- la présence d'un oncologue, d'un chirurgien et d'un radiologue est recommandée. Peuvent également entrer dans le quorum : un anatomopathologiste et un spécialiste d'organe
- à adapter en fonction des localisations, du type de RCP et aux conditions locales

Les RCP sont ouvertes à tout professionnel prenant en charge le patient dont le dossier est discuté (ex : médecin traitant, professionnels de soins de support)

Déroulement d'une RCP

deroulement rcp-chu-bordeaux

* Si un médecin décide de ne pas appliquer la proposition faite en RCP, il doit pouvoir le justifier et le mentionner dans le dossier patient (article 64 du code de déontologie médicale - art.R.4127-64 du code de la santé publique)

Le médecin qui inscrit un patient doit s'assurer que le dossier est complet, sur le plan clinique et paraclinique, pour la présentation en RCP.

TYPES DE RCP

Les différents types de RCP  :
Au CHU de Bordeaux, 44 types de RCP sont identifiés sur l'ensemble des collèges de spécialité en cancérologie réparties sur 3 sites géographiques :
  • 7 types de RCP sur le groupe hospitalier Saint-André,
  • 19 sur le groupe hospitalier Pellegrin,
  • 18 sur le groupe hospitalier Sud.
 

Chaque type RCP correspond à une spécialité d'organe (RCP par type topographique de cancer : urologique, ORL, neuro-oncologie,).

Certaines RCP peuvent être dites :
  • "de recours" régionales , inter-régionales ou nationales
  • ou "non de recours"
  • ou "mixte" : réalisation de RCP de recours ou non dans le même temps

 
Focus sur les RCP dites de « recours » :
Identifiées au sein des 3C dont les établissements de santé sont constitutifs du Pôle régional de recours en cancérologie : les établissements identifiés par l'Agence régionale de santé (ARS) pour la région Aquitaine sont le CHU de Bordeaux et l'Institut Bergonié

Les avis d'expertise diagnostiques et thérapeutiques faisant appel à des compétences techniques très spécialisées et innovantes
Exemples : radiologie interventionnelle, TEP scanner, chirurgie carcinologique lourde (multi équipes), radiothérapie conformationnelle en 3D, radiothérapie stéréotaxique, radiofréquence, protéomique, génomique, oncogénétique, thérapies cellulaires, plateformes de recherche clinique

Les cancers rares (exemples : Néoplasies endocriniennes multiples, tumeurs de la base du crâne, )

Les cas complexes : oncopédiatrie, neuro-oncologie, hémopathies malignes, cancer et grossesse, oncogériatrie, oncogénétique


Régionales, interrégionales, nationales
Exemples : ISOCELE (RCP recours pédiatriques inter-régionale), RENATEN (RCP Néoplasies endocriniennes multiples régionale et nationale), COMETE (RCP cancers de la surrénale nationale), TUTHYREF (RCP cancers réfractaires de la thyroïde nationale), RCP tumeurs orbito-palpébrales (RCP de recours régionale)...


EVALUATION DES RCP

L'évaluation des RCP permet de rendre compte d'une amélioration continue de la qualité des soins et du service médical rendu au patient atteint de cancer.

Les RCP font partie des critères de qualité transversale exigibles pour recevoir une autorisation pour le traitement du cancer (critères d'agrément INCa 2007).

Le 3C est en charge de la réalisation des audits RCP prévus par la Haute autorité de santé (HAS) tous les 2 ans : évaluation par les indicateurs IPAQSS-RCP (Indicateur Pour l'Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins).


Tous les 2 ans depuis 2010, 60 dossiers sont tirés au sort via les données du PMSI  de chaque établissement autorisé (procédure commune à tous les établissements de santé autorisés).

Les Indicateurs RCP évalués sont de 2 niveaux :
Niveau 1 : évaluant l'exhaustivité : % de patients pour lesquels est retrouvée, lors de la prise en charge initiale d'un primo-diagnostic de cancer, la trace de d'une RCP datée et comportant la proposition de prise en charge

Niveau 2 : évaluant la pluridisciplinarité : niveau 1 + proposition formulée avec au moins 3 professionnels de spécialités différentes (quorum)

La diffusion publique des indicateurs IPAQSS obligatoire (arrêté du 06/01/2012).

 Haut de page

PROGRAMME PERSONNALISE DE SOINS (PPS)

Le Programme Personnalisé de Soins (PPS) permet de formaliser la proposition de prise en charge thérapeutique prévue pour le patient et contient les informations descriptives du traitement accepté par le patient (suite à la proposition faite en Réunion de concertation pluridisciplinaire).

La remise du PPS au patient doit se faire à l'issue de la consultation d'annonce. C'est le médecin qui fait l'annonce du diagnostic de cancer qui remplit et donne le PPS au patient.

Intégrant un volet social, il doit permettre également de repérer précocement les difficultés et de mettre en oeœuvre  l'accompagnement social du malade.

Le PPS est par ailleurs susceptible d'évoluer, d'être modifié ou complété, si l'état de santé du patient le nécessite.

Le PPS est un outil individuel, personnel et évolutif. Toute modification de prise en charge ou de traitement doit y être notée.

Le PPS constitue une des conditions transversales de qualité, rendues obligatoires dans le cadre du dispositif d'autorisation des établissements de santé pour la pratique de la cancérologie.

Le PPS faisait déjà partie intégrante de la mesure 31 du Plan Cancer 2003-2007. Aujourd'hui, il est devenu le support essentiel de la personnalisation du parcours de soins, porté entre autres par la mesure 18, mesure phare du Plan Cancer 2009-2013.

> Brochure INCa sur le programme personnalisé de soin



SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT

Le plan cancer prévoit le développement des soins de support en complémentarité, en particulier, avec les programmes nationaux soins palliatifs et douleur. Cette dimension est intégrée dans les projets de service et d'établissement ainsi que dans le projet médical de territoire et s'appuie sur les acteurs, institutions et dispositifs existants.

Cette approche globale de la personne malade suppose que l'ensemble des acteurs de soins impliqués en cancérologie prenne en compte la dimension des soins de support dans la prise en charge de leurs patients, notamment en termes de continuité des soins.

Le projet de soins vise donc à assurer la meilleure qualité de vie possible aux patients tout au long de la maladie, sur le plan physique, psychologique et social en prenant en compte la diversité de leurs besoins, ceux de leur entourage et ce quelque soit leurs lieux de soins.

Les soins de support ne sont pas une nouvelle spécialité mais se définissent comme une organisation coordonnée de différentes compétences impliquées conjointement aux soins spécifiques oncologiques dans la prise en charge des malades.

Pendant la maladie et lors de ses suites, en complément des traitements spécifiques du cancer, les soins de support  répondent à des besoins qui concernent principalement la prise en compte de :
- la douleur,
- la fatigue,
- les problèmes nutritionnels,
- les troubles digestifs, les troubles respiratoires et génito-urinaires, - les troubles moteurs et les handicaps,
- les problèmes odontologiques,
- l'éducation thérapeutique,
- les difficultés sociales,
- la souffrance psychique, les perturbations de l'image corporelle
- Les soins palliatifs et l'accompagnement de fin de vie des patients ainsi que de leur entourage.

Au CHU de Bordeaux, les professionnels de ces spécialités se sont organisés autour d'un collège intitulé "Soins oncologiques de support (SOS) ".

Les missions de ce collège ont pour but :

- d'associer les différents acteurs à la prévention au diagnostic, à la prise en charge, au suivi et à l'évaluation des différents domaines concernés par les soins oncologiques de supports
- d'améliorer l'accessibilité aux soins oncologiques de support

Ce collège se réunit tous les 4 mois. Ses activités sont centrées sur l'élaboration de projets de recherche, de communication (annuaire interne et externe, colloque soins oncologiques de support) et d'enseignement.


  • PLAQUETTE SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT CHU de Bordeaux
    Télécharger le document (PDF - 131Ko)
 

Cette plaquette des soins oncologiques de support vous permet d'identifier les professionnels à contacter en fonction de chaque domaine :


DOULEUR

Pourquoi ?
La douleur est des symptômes les plus fréquents au cours de la pathologie cancéreuse quel qu'en soit le stade.
Sa prise en charge contribue non seulement au bien-être du patient  mais aussi à une meilleure tolérance des thérapeutiques et une récupération fonctionnelle accrue.

Contact
Pour une consultation externe « Douleur chronique »,  à la demande   du médecin traitant ou du médecin spécialiste, contacter le secrétariat du Centre d'Etude et de Traitement de la Douleur  (adulte et enfant) au 05 56 79 87 11.

Pour une intervention auprès d'une personne  hospitalisée au CHU, s'adresser au médecin référent du patient qui jugera de l'intérêt de l'intervention de l'Equipe Mobile de Soins Palliatifs ou de l'Equipe Mobile Douleur.

AUTRE SYMPTOME

Pourquoi ?
Le cancer et/ ou ses traitements peuvent entraîner un certain nombre de gênes physiques : fatigue, difficulté à respirer, troubles digestifs (nausées, vomissements, troubles du transit, du goût, inflammation de la bouche...), troubles génito-urinaires (incontinence, difficulté pour uriner, troubles de l'érection, douleurs ou difficultés pendant les rapports sexuels...), problèmes dentaires ou esthétiques

Contact
Parlez-en à votre cancérologue qui prendra en compte votre demande et vous orientera selon les besoins vers une personne compétente ou un spécialiste.

EDUCATION THERAPEUTIQUE

Programme d'éducation thérapeutique sur la prophylaxie fluorée des patients bénéficiant d'une radiothérapie des voies aéro-digestives supérieures - service de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie.

Pourquoi ?
Pour éviter les complications dentaires des patients bénéficiant d'une radiothérapie des voies aérodigestives supérieures liées à l'hyposialie (manque de salive) dans le cadre d'un programme d'éducation thérapeutique du patient en s'appuyant sur une bonne observance de la prévention par application de gel de Fluor.
    
Contact
Pr Claire Majoufre-Lefebvre
Médecin coordonnateur du programme
n° tel : 05-56-79-55-33

Mme Laurence Zambello
Cadre équipe éducation thérapeutique
n° tel : 05 57 82 11 77

NUTRITION ET DIETETIQUE

Pourquoi ?
Surveiller votre poids régulièrement (au moins chaque semaine) est très important.
En effet, dans près d'un cancer sur deux, les personnes rencontrent des difficultés à s'alimenter, dans une période où les besoins nutritionnels sont augmentés. L'objectif est d'éviter une dénutrition qui aggraverait votre état général.
Les diététiciennes vous conseillent si vous perdez l'appétit, si vous avez des nausées ou des difficultés à avaler, si vous rencontrez des problèmes de transit ou tout autre symptôme à l'origine d'une perte de poids involontaire. Elles prennent en compte les effets secondaires du traitement, vos difficultés physiques et morales.

Contact
Une diététicienne.
Vous pouvez en discuter avec votre médecin ou votre cancérologue qui  vous orientera vers une diététicienne pour un bilan nutritionnel et une consultation personnalisée.
Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de l'ERI (Espace Rencontre Information) au 05 57 82 01 97.

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

Pourquoi ?
Avoir un espace de paroles privilégié et confidentiel, pour vous et vos proches. Être écouté et soutenu dans cette épreuve de la maladie.
Des psychologues travaillent dans les différents services du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux qui prennent en charge les patients atteints de cancer, en lien avec les équipes.
Ils sont présents pour vous à tout moment dans votre parcours de soins.

Contact
N'hésitez pas à demander à rencontrer un psychologue auprès de votre oncologue référent et/ou de l'équipe qui vous connaît.

TROUBLES COGNITIFS

Pourquoi ?
Il s'agit de l'altération des capacités mentales supérieures de l'individu, en lien avec des lésions cérébrales, des traitements médicaux, et/ou une altération de l'humeur.

Ces troubles cognitifs concernent l'attention, la mémoire, le langage, etc. et peuvent nuire à la réalisation d'actes de la vie quotidienne. La qualité de vie du patient est alors diminuée.

Les troubles cognitifs sont souvent reconnus comme un handicap invisible. C'est pourquoi, il est primordial de pouvoir les évaluer par un psychologue spécialisé en neuropsychologie afin de proposer des prises en charge adaptées, notamment une rééducation (neuropsychologue, orthophonie, psychomotricité, orthoptie, ergothérapie), un accompagnement à la réinsertion scolaire ou professionnel et/ou un accompagnement psychologique, et ce dans le but d'améliorer la qualité de vie des patients.

Contact
Pour prendre contact avec un neuropsychologue, parlez-en à votre oncologue.

REEDUCATION FONCTIONNELLE

Pourquoi ?
Le rééducateur (masseur kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, psychomotricien) est spécialisé dans la rééducation et la réadaptation des membres, du rachis, de la face (tête et cou) et de la fonction respiratoire avec pour objectif l'entretien et/ou l'amélioration des capacités fonctionnelles des personnes malades.
A travers un programme rééducatif (conseils, massage, aides techniques, relaxation, renforcement musculaire) construit en lien avec les incapacités du patient et les effets directs ou indirects de la maladie (effets du traitement, conséquences de la maladie, douleur), il aide la personne malade à conserver ou restaurer son autonomie physique et cognitive.

Contact
Adressez-vous à votre oncologue référent qui pourra vous orienter vers un rééducateur spécialisé.

ACCOMPAGNEMENT SOCIAL

Pourquoi ?
Le service social a pour mission de prévenir ou d'agir sur les difficultés administratives, financières, professionnelles ou familiales liées à la maladie.
Il propose au patient et à son entourage écoute, conseil, soutien, aides aux démarches et à l'organisation d'aides à domicile, coordination avec les autres institutions pour la continuité des prises en charge.

Contact
Groupe hospitalier Pellegrin
Tripode : 0556795422 ou 0556798731
Centre F.X Michelet  : 0556795424
Hôpital des Enfants  : 0556795926
Centre Aliénor d'Aquitaine - gynécologie : 0556795423

Groupe hospitalier Saint André : 0556795773

Groupe hospitalier Sud
C.F Magendie  : 0557656544
Maison du Haut-Lévêque : 0557656015
USN  : 055756549
Xavier Arnozan  : 0557656574

SOCIO-ESTHETIQUE   

Pourquoi ?
La socio-esthétique est une discipline qui apporte une réponse personnalisée aux patients, en s'adaptant à leur maladie et leurs attentes.
Les soins proposés sont : massage pour la détente, manucure, modelage du visage, correcteur pour masquer cicatrices ou tâches, conseils par rapport à la sécheresse de la peau, accompagnement dans la perte des cheveux et des sourcils
Les soins peuvent être proposés soit en chambre, soit dans une pièce dédiée à cette activité en hôpital de jour d'oncologie médicale.
Une séance de socio-esthétique c'est donc un temps d'écoute privilégié autour du rapport au corps, des effets de la maladie et des traitements, en complément du temps soignant.

Contact
A votre demande la socio-esthéticienne peut être appelée par l'infirmier du temps d'accompagnement soignant (infirmier TAS du CHU de Bordeaux) ou l'infirmier de l'unité dont vous dépendez au CHU de Bordeaux.

SOINS PALLIATIFS ET ACCOMPAGNEMENT

Pourquoi ?
Les soins palliatifs sont des soins actifs délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale.
    L'objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.
    Les soins palliatifs et l'accompagnement sont interdisciplinaires. Ils s'adressent au malade en tant que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution.
     
Contact
Pour  une personne malade hospitalisée au CHU, vous pouvez contacter le secrétariat de l'Equipe Mobile de Soins Palliatifs au 05 57 65 62 48.

Pour une consultation externe « Analgésie et Soins Palliatifs », à la demande du médecin traitant ou d'un médecin spécialiste, contacter le secrétariat au 05 56 79 58 40.
     
Pour des renseignements sur une hospitalisation en Unité de Soins Palliatifs, contacter le secrétariat au 05 56 79 58 40.
     
Pour des renseignements sur l'intervention d'une équipe spécialisée en soins palliatifs à domicile sur le territoire de Bordeaux Métropole, contacter le réseau l'Estey au 05 56 89 82 53.