Contacter l'unité
Découvrir le pôle
Rendez-vous en ligne

Scintigraphie des voies biliaires

Cet examen est prescrit pour rechercher une anomalie de l'excrétion biliaire (cholécystite aigüe, surveillance d'anastomose bilio-digestive, disfonctionnement du sphincter d'Oddi, recherche de fuite biliaire, atrésie des voies biliaires extra hépatiques, reflux bilio-digestif, ).

Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

Comment se déroule l'examen ?

A votre arrivée, votre dossier sera étudié et des questions vous seront posées afin de s'assurer de l'absence de contre-indications et d'avoir d'éventuels compléments d'information sur vos signes cliniques.

Une injection intraveineuse d'un produit faiblement radioactif sera pratiquée à laquelle sera associée la réalisation d'images produites à l'aide d'une gamma-caméra. A l'issue de ces clichés, vous devrez boire une brique de lait au chocolat dont la fonction est de provoquer un « relâchement » biliaire. De nouveaux clichés seront réalisés en suivant.             

Vous n'aurez généralement pas besoin de vous déshabiller, mais vous devrez retirer les objets métalliques qui pourraient dégrader la qualité des clichés. 

La réalisation des clichés nécessite que vous soyez allongé sur une table d'examen.  L'appareil sera placé très près de vous, au-dessus de votre abdomen. Il vous sera demandé de ne pas bouger pendant la durée de réalisation des clichés, mais vous pourrez respirer normalement.

A la fin de l'examen, vous serez reconduit en salle d'attente. Votre examen nécessite un traitement informatique des images enregistrées puis une interprétation réalisée par le médecin nucléaire. Le résultat vous sera remis à l'issue de l'examen ou sera envoyé au médecin qui a demandé la scintigraphie.

La durée totale de l'examen (avec attente du compte-rendu) est d'environ
2 heures.                        

Y-a-t'il une préparation spéciale ?

Vous devez être à jeun (liquide et solide) depuis 6 heures.

Vous devez apporter une brique de lait chocolaté à prendre durant l'examen.

Si un traitement médicamenteux doit être poursuivi pendant la durée de l'examen (exemple : Insuline, antalgiques), pensez à apporter votre prescription et les médicaments associés le jour de votre examen. 

Quelles sont les contre-indications ?

Si vous êtes une femme en capacité de procréer et sans moyen de contraception tel que pilule ou stérilet, vous devez réaliser, dans les 3 jours qui précèdent l'examen, un test de grossesse sanguin et amener le résultat le jour de l'examen. Si ce test s'avère positif, nous vous demandons de contacter le secrétariat. En dehors de la grossesse, qui est une contre-indication relative, cet examen peut être réalisé quel que soit l'âge, même chez l'enfant.

Quels sont les risques et les complications de cet examen ?

L'injection du produit radioactif n'est pas douloureuse et les manifestations liées à l'injection sont exceptionnelles. De façon occasionnelle, une extravasation (passage en sous cutané) du produit radioactif  peut se produire au point de ponction. Dans ce cas un traitement local sera mis en place et des dispositions à suivre vous seront transmises. 

Le niveau d'exposition aux rayonnements ionisants est de l'ordre de celui des examens radiologiques.

Quelles sont les recommandations après l'examen ?

Il est recommandé de boire régulièrement le jour de l'examen, afin de favoriser l'élimination urinaire du produit injecté.
Vous pouvez utiliser les toilettes habituelles en prenant soin de respecter les règles
habituelles d'hygiène (tirer la chasse d'eau et vous laver systématiquement les mains après).
Certains lieux comportent des détecteurs de radioactivité très sensibles (aéroports, certains postes frontières, ) que vous pourriez déclencher. Un certificat indiquant
l'élément radioactif qui vous a été administré peut vous être fourni sur demande.

Aucune précaution particulière n'est recommandée pour l'entourage, y compris pour les enfants en bas âge et pour les femmes enceintes. Les doses d'exposition sont toujours très faibles et très souvent équivalentes à celles délivrées par l'irradiation naturelle de certaines régions sur quelques jours.

En cas d'allaitement, un arrêt de 16 heures est préconisé.