Contacter le service
Découvrir le pôle
Rendez-vous en ligne
Regarder le plan d'accès

Activités

Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

Consultations pré-anesthésiques 

La consultation pré anesthésique, qui est obligatoirement réalisée avant tout acte anesthésique, sert à réaliser un bilan de santé, à évaluer les risques propre à chaque acte et à chaque patient. Elle permet de définir les techniques d'anesthésie et d'analgésie les plus appropriées pour le type d'intervention et de préciser les modifications éventuelles des traitements habituels. Cette consultation est l'occasion de donner au patient toutes les informations qu'il désire concernant la future anesthésie et de répondre à leur questions concernant celle -ci. A l'issue de cette consultation, bien souvent un bilan sanguin sera prescrit. Selon les antécédents du patient un bilan cardiologique peut être demandé.

La veille de l'acte chirurgicale programmé, un médecin anesthésiste-réanimateur rend visite au patient. Afin de diminuer l'anxiété préopératoire, une prémédication peut être prescrite: il s'agit d'un médicament qui prépare à l'anesthésie et à l'intervention.
Le patient est pris en charge par une équipe d'anesthésie et le médecin rencontré lors de la consultation pré-anesthésique pourrait ne pas être celui qui assurera l'anesthésie le jour de l'intervention.
Par sécurité il vous est demandé de respecter une période de jeûn préopératoire (ne rien manger, boire, ni fumer plusieurs heures avant votre anesthésie). Ces consignes sont précisées lors de la consultation d'anesthésie.


Anesthésie

Selon les circonstances, les anesthésistes réalisent soit une anesthésie générale (le cerveau du patient est "endormi"), soit une anesthésie générale associée à une anesthésie locorégionale (les nerfs d'une région sont endormis : anesthésie péridurale [lien], rachianesthésie [lien], cathéter paravertébral [lien]), soit encore une sédation (anesthésie générale plus légère)

Durant toute l'anesthésie, le médecin anesthésiste assisté par l'infirmier anesthésiste surveille le patient et la profondeur de l'anesthésie. Ils disposent pour cela de nombreux appareils de surveillance. Cette surveillance leur permet de prendre sans délai toutes les décisions nécessaires à la sécurité du patient et d'adapter en permanence l'anesthésie aux actes du chirurgien.
Après l'intervention, le patient quitte la salle d'opération et séjourne en Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) appelée également "salle de réveil". Le retour à la conscience est progressif et variable pour chaque patient. Un long séjour en salle de réveil n'est pas nécessairement un signe de complication. Il dépend du type d'anesthésie dont aura bénéficié le patient et peut être justifié par un souci accru de sécurité vis-à-vis de patients à risque, ou pour mieux contrôler le résultat de l'opération chirurgicale. Une fois bien réveillé et après vérification d'une prise en charge satisfaisante de sa douleur, le patient est reconduit vers sa chambre. Après certaines chirurgie particulièrement lourdes (chirurgie cardiaque, certaines chirurgie thoracique et viscérales), le patient est directement transféré dans l'unité de réanimation.


Prise en charge de la douleur postopératoire

L'équipe médicale et infirmière en salle de réveil, en réanimation et en secteur de chirurgie assure le suivi quotidien de toutes les formes de prise en charge de la douleur mises en place au bloc opératoire (analgésie intraveineuse par la perfusion, péridurale, cathéter d'analgésie locorégionale). Pour optimiser le contrôle de la douleur, le patient peut être amené à contrôler lui même l'administration de certains antalgiques par l'intermédiaire d'une pompe sécurisée, sous la surveillance du personnel hospitalier.

Réanimation

Sont admis directement en réanimation certains patients venant de subir une intervention chirurgicale complexe ou opérés en urgence ou qui sont à risque de développer des complications sévères et nécessitent une surveillance continue et des soins de haute technicité.

Les unités de réanimation prennent également en charge les patients en état critique, c'est-à-dire qui présentent une défaillance d'une ou plusieurs de leurs fonctions vitales (cardiaque, respiratoire, rénale, neurologique).
Elles disposent de moyens techniques très spécialisés permettant d'assurer toutes les suppléances nécessaires : assistance respiratoire, assistance circulatoire, épuration rénale par dialyse...