Vos devoirs

Entrer à l'hôpital comme hospitalisé, consultant ou encore visiteur, c'est entrer dans un lieu particulier car on y soigne et on y vit.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

hospitalisation-interlocuteurs-chu-bordeaux 
Copyright V Burger/Phanie
 

SOMMAIRE

On y soigne
On y vit


ON Y SOIGNE

Les usagers de l'hôpital sont ainsi tenus de :

  • se conformer aux différentes prescriptions médicales qui leur sont indiquées ;
  • observer les périodes de repos qui leur sont ordonnées ou les consignes alimentaires qui leur sont faites.
 

Il leur faut aussi respecter le fonctionnement du service qui s'occupe aussi d'autres patients.
Ces obligations restent cependant volontaires et tout patient qui ne voudrait pas s'y conformer en a le droit. Il doit cependant l'indiquer au médecin qui le prend en charge et lui préciser ses intentions.


ON Y VIT

Tout hôpital est une communauté complexe où chacun côtoie les autres, réside avec les autres, malades ou personnels.

Un certain nombre de règles s'imposent donc naturellement tant aux malades hospitalisés qu'à leurs visiteurs ou aux consultants :

  • Ne pas perturber la tranquillité du service,
  • Veiller à respecter le repos des autres patients,
  • Ne pas régler la radio ou la télévision trop fort,
  • Ne pas dégrader le matériel ou les locaux,
  • Conserver une attitude courtoise envers tous,
  • Ne se déplacer que dans une tenue décente.  
 

Une mention spéciale doit être faite à la liberté d'expression et de conscience :

  • l'hôpital permet l'exercice de tous les cultes religieux comme de toutes les opinions mais doit garantir à tous la neutralité du service public ;
  • l'expression des opinions et des croyances doit donc rester dans la sphère privée de chaque malade, sa chambre ou les lieux de culte.

 
Le non respect de ces quelques règles de vie en société pourrait amener le directeur de l'établissement à prendre des décisions péjoratives à l'endroit du patient ou de ses visiteurs.