Vagdespoir

Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  
ASSOCIATION VAGDESPOIR

url

Présentation
Ils n'ont plus l'usage de leurs jambes, de leurs yeux. Ou ils souffrent d'un handicap mental. Et pourtant ils surfent !
Chaque année, la délégation bretonne de Vagdespoir relève le défi. Ismaël Guilliorit, équipé d'une prothèse à la jambe droite, est le fondateur de Vagdespoir.

Tout est parti d'un centre de rééducation, où le patient croise un futur kiné, Brice Saliou. Tous deux épris de surf, ils organisent des week-ends « handiglisse », qu'ils structurent en créant l'association en 2004.

De sacrées sensations !

Implantée sur tout le littoral français, Vagdespoir compte désormais 300 adhérents. Grâce à des renforts pour les jambes, des blocs sous le buste ou des emplacements pour les membres amputés, les surfs sont adaptables. La succursale lorientaise d'Orthofiga a même conçu des prothèses de pied pour mieux tenir sur la planche.

Le matériel ne suffit pas pour se jeter à l'eau, quand on ne peut plus marcher ou qu'on ne voit rien. La force de Vagdespoir, ce sont ses bénévoles. Deux ou trois par personne handicapée, les premières fois. « On fait toujours un test avant, pour voir si la personne est capable de se retourner sur le dos et garder la tête hors de l'eau », explique Brice, 33 ans. Après lui avoir permis d'accéder à l'eau grâce à des fauteuils Hippocampe (fabriqués dans le Morbihan), un accompagnant aide la personne « à monter sur le surf puis à passer la barre (barrière de vagues) et à se propulser ». Quitte à monter sur la planche avec lui. Deux autres bénévoles le réceptionnent.

Une fois à l'aise, les handicapés deviennent plus autonomes et s'offrent de sacrées sensations dans la mer ! .


Contact
06 32 79 07 96
ou
www.vagdespoir.com