Contacter le service
Découvrir le pôle
Regarder le plan d'accès

Transplantation hépatique au CHU de Bordeaux : Il était une fois 1000 foies greffés

Les équipes du service de chirurgie hépatobiliaire et transplantation hépatique du CHU de Bordeaux ont réalisé, sous la responsabilité du Professeur Laurence Chiche, la 1000ème greffe de foie en 2017.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

A l'occasion de cette 1000ème greffe de foie, le 15 septembre, une rencontre conviviale ponctuée de témoignages réunit les équipes médicales et soignantes, et les patients transplantés d'Aquitaine accompagnés de leurs familles.

1000e greffes


A propos de la transplantation hépatique

La transplantation hépatique est une intervention chirurgicale qui consiste à remplacer le foie malade par un foie sain prélevé sur un donneur (greffon hépatique). Cette opération est aujourd'hui parfaitement maîtrisée mais reste une opération délicate qui nécessite une grande expertise et se pratique uniquement dans des centres hospitaliers universitaires ayant une habilitation. A ce jour, il existe 20 centres adultes et pédiatriques en France qui réalisent plus de 1200 greffes hépatiques par an, les indications les plus fréquentes étant la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire.
 

L'historique de la transplantation hépatique

La première transplantation couronnée de succès a été réalisée à Denver aux Etats-Unis par Thomas Starzl en 1967.

En France

Les premières tentatives remontent aux années 60 et c'est le Pr Henri Bismuth qui développe la transplantation hépatique à l'hôpital Paul Brousse à Villejuif au début des années 70. Parallèlement, la Loi Caillavet en 1976, légiférant le don d'organe, permet d'augmenter le pool de greffons. Mais c'est surtout l'avènement au début des années 80 de la ciclosporine, puissant immunosuppresseur, qui, en permettant enfin des survies prolongées en jugulant le rejet va déclencher l'essor de la transplantation. Les progrès dans les domaines de la chirurgie et de l'anesthésie-réanimation, la meilleure sélection des candidats à la greffe, l'amélioration des produits de conservations d'organes, la découverte de nouveaux médicaments immunosuppresseurs, toutes ces avancées ont convergé pour faire de la greffe hépatique aujourd'hui une intervention plus sûre et un traitement des plus efficaces dans de nombreuses maladies du foie.

Victime de son succès, la transplantation hépatique est aujourd'hui essentiellement limitée par le nombre insuffisant de greffons. Augmenter le nombre de donneurs en facilitant le don d'organes, élargir le pool de greffons (un foie pour deux receveurs), développer le donneur vivant (sur lequel on prélève une partie du foie qui sera transplanté), toutes ces actions restent aujourd'hui insuffisantes et de nombreux patients décèdent malheureusement dans l'attente de ce précieux greffon.

Au CHU de Bordeaux

La transplantation hépatique a commencé en 1985. 
Peu à peu l'équipe d'alors, composée de deux chirurgiens et d'un anesthésiste s'est entourée de jeunes chirurgiens et d'anesthésistes audacieux et passionnés, d'un médecin immunologue et d'hépatologues experts de la greffe. Il a fallu former des chirurgiens pour prélever les organes, mettre en place des systèmes de garde et d'astreinte spécifiques 365 jours/365, apprendre à gérer les immunossuppresseurs avec l'aide des biologistes, collaborer avec de nombreux spécialistes du CHU pour faire face aux problèmes médicaux et notamment infectieux inhérents à cette activité.  Les transplantations hépatiques ont été pendant de nombreuses années réalisées sur le groupe hospitalier Pellegrin à Bordeaux.

Et aujourd'hui, qu'en est-il au CHU de Bordeaux ?

Depuis un an, les transplantations hépatiques sont réalisées dans les services de chirurgie et d'hépato gastroentérologie regroupés au cœur du nouveau centre médico chirurgical Magellan à l'hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux à Pessac. D'une vingtaine de greffes par an dans les premières années, à environ 70 greffes (par an) depuis 2015, les équipes ont ainsi réalisé la 1000ème greffe du foie en 2017.


greffeCopyright CHU de Bordeaux

Le service de transplantation est aujourd'hui bien structuré, avec :

  • une équipe de trois chirurgiens transplanteurs et trois à quatre jeunes chirurgiens préleveurs, 
  •  une équipe d'anesthésiste-réanimateurs chirurgicaux,
  •  une équipe médicale spécialisée en immunologie, hépatologie et infectiologie,  
  • des médecins anatomopathologistes,  
  • deux infirmières coordinatrices de la greffe,   
  • des infirmières de bloc spécialisées en chirurgie et en anesthésie,  
  • un médecin alcoologue,
  •  deux psychologues.
 
Et de très nombreux médecins et techniciens dans les services et les laboratoires du CHU qui sont sollicités tous les jours pour l'évaluation des futurs receveurs et le suivi des patients greffés.

Si la transplantation s'est au cours des années presque banalisée, elle n'en reste pas moins une activité spécialisée nécessitant un plateau technique et humain très lourd, un investissement quotidien de dizaines de professionnels de santé et une organisation complexe.

Le programme de transplantation hépatique, tout comme ceux de transplantations pulmonaire, cardiaque et rénale, font partie intégrante des missions spécifiques et prioritaires du CHU de Bordeaux.

>En savoir plus sur la transplantation hépatique



 
Information juillet 2017 - Source : journal Passerelles n°85 de Juillet 2017 - communique de presse CHU de Bordeaux - actualisé le 08 septembre