Contacter le pôle
Rendez-vous en ligne
Regarder le plan d'accès

L'hypnose à l'hôpital

500 soignants formés aux pratiques de l'hypnose médicale au CHU de Bordeaux.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

hypnose 2
L'hypnose médicale et thérapeutique utilisée par les professionnels de santé est celle issue de la pratique et de la réflexion de Milton Erickson : "l'hypnose est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d'une autre personne".

L'hypnose est une capacité naturelle de l'individu, c'est un phénomène actif où il y a une augmentation du contrôle de soi et non une perte. De nombreuses études ont été menées en imagerie fonctionnelle montrant qu'il existe effectivement un état cérébral particulier sous hypnose : augmentation des zones impliquées dans l'attention, activation des cortex sensoriels, visuels et moteurs (revivre plutôt que se souvenir), etc. Son utilisation est désormais recommandée dans des indications ciblées avec des études bien conduites et diverses publications (douleurs, utilisation au bloc opératoire, etc).

Au CHU, les soignants ont commencé à se former et à pratiquer l'hypnose médicale dès 2007 (Diplôme Universitaire d'Hypnose Médicale et Thérapeutique Universitaire et formations en interne par le CFPPS). Aujourd'hui, plus de 500 soignants formés (infirmiers, infirmiers anesthésistes, puéricultrices, cadres de santé, aide soignants, psychologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, manipulateurs radio, maïeuticiens chirurgiens-dentistes, médecins de différentes spécialités) pratiquent l'hypnose dans leurs domaines de compétence, pour les patients de tous âges.

Dans quels cas l'hypnose est-elle pratiquée ?

L'hypnose médicale au CHU est axée sur différentes prises en charge du patient, de la pédiatrie à la gériatrie : en consultation douleur, au bloc opératoire, en odontologie, lors de pose ou de changement de pansements, lors de soins douloureux, pour la prise en charge de l'anxiété ou des phobies, en situation palliative, pour les addictions en milieu carcéral, en radiologie interventionnelle, en gynéco-obstétrique ; mais aussi face à l'agitation d'un patient âgé ayant des troubles de la mémoire, en accompagnement pour la toilette, et dans tous les soins quotidiens.
Au CHU de Bordeaux, l'hypnose fait maintenant partie des traitements complémentaires, de l'enseignement et de la recherche, et de nombreux projets continuent d'émerger.

Source : Journal Passerelles Avril 2018 - CHU de Bordeaux - Dr Marie Floccia - Pôle de gérontologie clinique