Prix européen en imagerie urologique

Le prix "EAU Vision Award" pour le service d'imagerie diagnostique et interventionnelle de l'adulte (Pellegrin) au Congrès européen d'urologie 2014.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  
Le 29ème «Congrès européen d'urologie» 2014 - EAU 2014 (European Association of Urology) - qui s'est déroulé du 11 au 15 avril 2014 à Stockholm, a récompensé un article du Dr François Cornélis d'un EAU Vision Award. Ce prix considère l'article comme le plus innovant en imagerie urologique (notamment pour la mise en évidence de l'intéret de l'IRM multi-paramétrique pour la caractérisation de certaines tumeurs rénales).

> Voir l'article en anglais

   
-Cornelis-CHU-BordeauxL'imagerie par résonance magnétique multiparamétrique aide à différentier les oncocytomes rénaux des carcinomes rénaux.

Les oncocytomes rénaux sont considérés comme des tumeurs rénales bénignes, et représentent environ 3 % à 7 % de toutes les tumeurs rénales. Outre le fait qu'un traitement conservateur peut être proposé, soit par chirurgie soit par ablation thermique, une simple surveillance peut être discutée en réunion de concertation pluridisciplinaire. Par conséquent, l'obtention d'un diagnostic préopératoire fiable est essentielle dans le but de distinguer ces lésions bénignes des carcinomes rénaux, dont le traitement diffère.

 De nombreux articles ont essayé par l'imagerie d'identifier des caractéristiques fiables des oncocytomes. Malheureusement, à ce jour, aucune technique d'imagerie n'a pu séparer précisément les oncocytomes des lésions malignes. En raison de cette absence de critères spécifiques d'imagerie, le diagnostic d'oncocytomes reste basé sur  des résultats anatomo-pathologiques obtenus par biopsies ou sur pièces opératoires.

Néanmoins, une cicatrice centrale s'observe morphologiquement en imagerie dans 54 % à 80 % des oncocytomes. Cependant, même quand ce signe est présent, la question d'un carcinome à cellules rénales (CCR) se pose toujours car une nécrose centrale, fréquemment présente dans les CCR, peut mimer cela. Par analogie aux cicatrices fibreuses des hyperplasies nodulaires focales du foie, le rehaussement des oncocytomes a été également étudié. Bien que non spécifique, il a été décrit récemment une inversion du rehaussement des zones centrales au niveau des oncocytomes, mais aussi des carcinomes: la zone centrale initialement moins rehaussée que le reste de la lésion apparait plus rehaussé tardivement.
Comme l'IRM est un outil très sensible pour étudier les caractéristiques tissulaires des lésions rénales, le but de notre étude rétrospective était d'évaluer tardivement, après injection de produit de contraste l'aspect de la zone centrale d'un ensemble de tumeurs rénales, dans le but de distinguer les oncocytomes d'autres tumeurs rénales. L'IRM apportant d'autres éléments, le contenu en lipides de ces tumeurs a également été étudié grâce aux séquences de déplacement chimique.

Dans notre étude sur ces tumeurs rénales présentant un signal élevé de la zone centrale en pondération T2, un rehaussement tardif complet sur les séquences en pondération T1 a été observé dans 74% des oncocytomes et dans 12 % des CCR (p = ,05). En outre, après visualisation de la teneur en lipides des tumeurs et de la rate et après calcul d'un index de signal au sein de la tumeur (SII) et d'un ratio entre la tumeur et la rate (TSR); les SII et TSR étaient significativement différents entre oncocytomes et CCR (p = ,02 et p = ,001, respectivement). Les performances de la combinaison d'un rehaussement complet et du SII ou du TSR  étaient : sensibilité : 36 % et 55 % ; spécificité : 95 % et 97 % ; valeur prédictive positive : 67 % et 86 % ; et valeur prédictive négative : 84 % et 88 %.

En résumé, alors qu'un rehaussement de la zone centrale des tumeurs rénales peut être observé en IRM pour les oncocytomes et les RCC, un rehaussement complet est très évocateur d'oncocytome. La combinaison avec la séquence de déplacement chimique augmente la performance du diagnostic. L'ajout d'un examen par IRM multiparamétrique pour l'exploration des tumeurs rénales, notamment quand le diagnostic d'oncocytome est soupçonné, peut donc être utile.

Information : avril 2014 - Sources : François Cornélis - service d'imagerie diagnostique et interventionnelle de l'adulte (Pellegrin)
Informations complémentaires : service d'urologie andrologie et transplantation rénale