Une psychiatre-addictologue virtuelle au CHU de Bordeaux

Une psychiatre-addictologue virtuelle au CHU de Bordeaux
Nous vous présentons Jeanne, la nouvelle psychologue virtuelle qui réalise des entretiens de prévention et de diagnostic sur le thème des addictions. Cet agent conversationnel a été imaginé par le Pr Auriacombe, chef du service addictologie du Centre Hospitalier Charles Perrens. C'est grâce au programme de recherche de l'unité SANPSY (Université de Bordeaux et CNRS USR 3413), en lien avec  la clinique du sommeil et le service addictologie de l'hôpital Charles Perrens que ce projet a vu le jour.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

   svg



LUNDI 17 juin 2019

Une psychiatre-addictologue virtuelle au CHU de Bordeaux


SUR France 3 Aquitaine
Le thème : Une psychiatre-addictologue virtuelle au CHU de Bordeaux
L'invité plateau : Pr Pierre PHILIP, responsable de l'unité de la clinique du sommeil, Service d'Explorations fonctionnelles du système nerveux
Le reportage : Pr Auriacombe, chef du service addictologie à l'hôpital Charles Perrens

psychologue virtuel au CHU de Bordeaux
L'agent conversationnel animé est une psychiatre qui se prénomme Julia. © SANPSY LAB

Une démarche plus ludique

Jeanne a été pensée et conçue de façon à ressembler physiquement mais également psychologiquement à une personne humaine, les mimiques et les postures d'écoute sont ultras réalistes. D'une voix douce, Jeanne interroge les patients sur leur consommation de tabac et d'alcool : « Combien fumez-vous de cigarettes par jour ? », « Avez-vous déjà eu le sentiment de boire trop ? ». La machine vient réaliser des tâches simples et répétitives sous forme de questionnaire, permettant aux professionnels spécialistes de passer plus de temps sur des problématiques plus complexes grâce à l'analyse préalable de la machine. Deux autres psychiatres virtuels ont vu le jour au CHU de Bordeaux, ils sont respectivement spécialisés sur les thèmes du sommeil et de la dépression.

Des résultats positifs

« La réaction des patients est, étonnamment, très positive. Ils se confient plus, se sentent moins jugés, nous disent-ils. »

Pr Auriacombe Marc


La grande force de cette nouvelle méthode réside dans l'honnêteté des réponses données. Les patients se livrent plus facilement à la machine car ils n'ont pas l'appréhension d'être jugé.  Sur plus de 100 entretiens réalisés, les résultats sont très encourageants et les réponses obtenues sont fiables. On constate que cette nouvelle méthode est appréciée mais surtout acceptée par les patients. Les résultats on fait l'objet de publications scientifiques et de communication dans les congrès internationaux.

Avantages :

  • Gain de temps pour les véritables professionnels : psychiatres, addictologues, psychologues
  •  Patients plus à l'aise
  • Réponses plus fiables
  • Meilleur diagnostic et donc amélioration de l'accès aux soins
  •  Outil de prévention ludique


Un enjeu pour l'avenir

Ces entretiens virtuels ne viennent pas remplacer la relation humaine patient/soignant, mais sont un véritable soutien pour le diagnostic et la prévention et ils vont jouer un rôle dans le suivi thérapeutiques. Après une longue période expérimentale, la prochaine phase sera consacrée à intégrer de façon courante cette méthode dans le parcours de soin des patients.
Actuellement, les consultations réalisées par ces agents virtuels se déroulent dans un bureau au sein de l'hôpital grâce à un écran vidéo. Une application mobile a été développée et sera bientôt disponible, pour avoir le même rendu par le biais d'un smartphone.



Information du 13/06/2019 - Source : Interview du Pr Auriacombe Marc