Téléconsultations en EHPAD

Vendredi 30 septembre 2016, à l’hôpital Xavier Arnozan (CHU de Bordeaux), au centre expert de télémédecine, a été réalisée la 500ème téléconsultation de gériatrie au profit des EHPAD*
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  
Le cap des 500 téléconsultations en EHPAD vient d’être franchi au sein du pôle de Gérontologie Clinique du CHU de Bordeaux.

télémédecine-2Télémédecine au CHU de Bordeaux

Le soin dans les structures médico-sociales (EHPAD) est un des chantiers prioritaires du plan stratégique national de déploiement de la télémédecine dont l’objectif est d’accroître l’efficience de la prise en charge des résidents dans une logique de parcours de santé (dispositif PAERPA) avec l’enjeu majeur de limiter les hospitalisations inappropriées notamment aux urgences.

La télémédecine constitue effectivement un outil dont les enjeux sont importants en EHPAD pour :

 
  •  1) Améliorer l’accès aux soins des personnes âgées dépendantes et difficilement mobilisables pour une meilleure qualité des soins et qualité de vie. La télémédecine permet par exemple de prendre en charge les résidents dans leurs lieux de vie et avec leurs soignants habituels
  •  2) Offrir une réponse adaptée à la personne âgée en associant une expertise gériatrique globale pour réduire les risques de décompensations de pathologies chroniques et de recours à l’hospitalisation. La personne âgée poly-pathologique ne peut en effet être prise en soins sous le seul prisme de la pathologie aigue, l’approche gériatrique globale permettant de diminuer les admissions aux urgences dites inappropriées car évitables 
  • 3) Permettre la diffusion des bonnes pratiques gériatriques grâce à des temps de communication avec les professionnels de santé des EHPAD. La télémédecine permet en effet d’avoir ce temps d’échange précieux avec les soignants et les médecins d’EHPAD, échanges souvent inexistants en consultation spécialisée ou en hospitalisation de jour dans les établissements de santé. Ces temps de discussion favorisent la montée en compétence des professionnels de santé et améliorent ainsi leurs pratiques professionnelles de par le partage progressif des cultures professionnelles.

Dès fin 2013, une enquête menée par l’ARS Aquitaine sur les besoins en télémédecine en EHPAD auprès de 487 établissements a permis d’identifier les spécialités médicales à privilégier :

  • Les plaies chroniques complexes
  • Les troubles psycho comportementaux liés à la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées,
  •  Les pathologies psychiatriques,
  • Les situations palliatives ou de fin de vie complexes.


"Le projet a démarré en 2013 par une étude des besoins auprès de « 352 médecins coordonnateurs » exerçant en Aquitaine afin de déterminer les thématiques d’intérêts à développer en priorité. Ces priorités étaient: « les plaies chroniques complexes, les troubles psycho comportementaux liés à la maladie d’Alzheimer ou maladies apparentée, les pathologies psychiatriques,  les situations palliatives ou de fin de vie complexes, et les situations d’hypertonie déformante acquise ».
" Source http://www.telemedecine-360.com/telesante-aquitaine-annonce-500eme-teleconsultation-ehpad-aquitaine/

Fin 2014 les premiers EHPAD ont été équipés.


Début 2016 une nouvelle thématique, l’hypertonie déformante acquise,

est prise en charge suite aux demandes exprimées par les professionnels en EHPAD. A ce jour, 38 établissements sont équipés et le cap des 500 téléconsultations vient d’être atteint, ce qui prouve l’intérêt d’un outil tel que la télémédecine pour améliorer le parcours de soins des personnes âgées.

Auteurs  : l'équipe du centre expert : Nathalie SALLES, Aurélie LAFARGUE, Karine LIBERT, Myriam PRIGENT et Martine BARATEAU, Franck RAYNAL


Informations complémentaires : http://www.telemedecine-360.com/telesante-aquitaine-annonce-500eme-teleconsultation-ehpad-aquitaine/

Information du 07/10/2016