Orthopédie, nouveauté au CHU de Bordeaux !

Les équipes de l'unité de chirurgie orthopédique périphérique du CHU de Bordeaux ont développé un modèle de prise en charge innovant permettant aux patients une meilleure récupération post chirurgie prothétique de hanche et de genou.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

svgLUNDI 06 mai 2019
Orthopédie, nouveauté au CHU !

SUR France 3 Aquitaine

Le thème : Orthopédie, nouveauté au CHU !
L'invité plateau : Rafael De Bartolo, praticien hospitalier, unité de chirurgie orthopédique périphérique
Le reportage : Thierry Fabre, chirurgien, unité de chirurgie orthopédique périphérique, Cécile Degryse, anesthésiste, orthopédie et ambulatoire, et interview de patients.

Orthopedie, Recuperation Amelioree Apres Chirurgie, RAAC, médecin
Copyright CHU de Bordeaux



On parle bien de « patient » et non de « malades », étant donné que ces personnes se présentent en consultation avec une plainte fonctionnelle mais sans pathologie médicale. C'est une notion très importante que le patient doit comprendre et assimiler avant d'envisager son intervention.
En effet, depuis que l'on a renforcé la place du patient au centre de sa prise en charge, il devient l'acteur principal ; et l'équipe, dont le travail en amont est coordonné par le couple chirurgien/anesthésiste, le metteur en scène. Cette collaboration est réalisée avec le personnel paramédical (les infirmières de consultation, de pré hospitalisation, d'anesthésie, de bloc opératoire, les kinésithérapeutes et le secrétariat qui organise toute cette prise en charge).

Reprenons un peu le scénario, que doit suivre notre acteur principal, le patient !


La préparation de son retour post opération

Lorsque l'indication opératoire est posée en consultation par le chirurgien, le patient se voit remettre les ordonnances post opératoires pour planifier son retour à domicile dans de bonnes conditions, ainsi qu'un fascicule de RAAC (Récupération Améliorée Après Chirurgie) adapté à son type d'intervention. Son scénario : il doit contacter une infirmière proche de son domicile pour l'informer de sa date opératoire et des soins qui devront lui être dispensés en post opératoire, se procurer médicaments, antalgiques et nécessaires à pansement, pour un retour à domicile sans appréhension, sans imprévu. Tout est déjà organisé !


La préparation de son opération

Le patient doit effectuer un bilan pré-opératoire et rencontrer les anesthésistes pour valider l'absence de contre indication à ce type de procédure. Dans l'attente de la chirurgie, il rencontre le kinésithérapeute pour obtenir un renforcement musculaire satisfaisant, apprendre à se servir de ses béquilles et programmer ses séances post opératoires. Là encore, pas d'imprévu !


L'opération et le réveil

La veille de son intervention, le patient est admis dans le service d'orthopédie. L'intervention a lieu le lendemain, généralement le matin. Elle dure environ 1 heure, une anesthésie péri articulaire permet un bon contrôle de la douleur. Il est ensuite conduit en salle de réveil et regagne le service d'orthopédie environ 2 heures après la chirurgie où une collation lui est proposée. Il est ensuite levé par l'infirmier(e) et le kinésithérapeute et démarre la rééducation dans le service. La prise en charge de la douleur de manière conjointe par les anesthésistes et le chirurgien avec les infiltrations per opératoires permet une marche sans douleur. Dès lors, le patient peut regagner son domicile, étant donné l'absence de douleur et la reprise de la marche avec béquilles.


Le retour à la maison

Rappelons que tout est déjà prévu pour son retour, ce qui supprime toute angoisse du retour. Il reprend ses activités de manière progressive, comme bon lui semble, sous couvert du respect des prescriptions post opératoires d'antalgiques. La marche en plein appui est autorisée et même recommandée. Les béquilles sont supprimées par le patient lorsqu'il s'en sent capable.


Le retour à la vie "normale"

Le retour à la vie "normale" est dépendant de sa volonté et conditionné par la douleur. Il n'y a pas de danger à essayer de reprendre une activité normale assez rapidement (hors activités sportives). C'est l'amélioration des prises en charge chirurgicales, anesthésiques, et de l'implication de tous les acteurs qui permet d'obtenir ce résultat.


Information du 25/04/2019 - Source : Dr Rafael De Bartolo, praticien hospitalier, unité de chirurgie orthopédique périphérique