Les maladies allergiques

Les explorations allergologiques au CHU : allergies médicamenteuses, allergies aux venins d’hyménoptères, angioedèmes complexes, et maladies allergiques respiratoires ou alimentaires en échec avec les prises en charge habituelles.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

VOIR SUR France 3 Aquitaine

france3-1459514770LUNDI 26 SEPTEMBRE 2016
Les maladies allergiques



Invité plateau : Dr Stéphane Guez, chef du service de médecine interne et post-urgences,   pôle des spécialités médicales - CHU de Bordeaux

maladiesallergiqueschubordeauxMaladie allergiques - copyright JB Nadeau

LEs maladies allergiques

L’unité des maladies allergiques du CHU de Bordeaux prend en charge les maladies allergiques complexes de toutes natures et travaille en relation avec le réseau des allergologues d’Aquitaine.Il existe une interaction extrêmement enrichissante entre cette unité hospitalière et ces allergologues par le biais de l’Association des Allergologues d’Aquitaine (APALA).

L’orientation de l’unité s’est donc portée vers les explorations allergologiques de réalisation difficile en pratique de ville et/ou pour la mise en place d’un traitement nécessitant une hospitalisation initiale. L’unité prend en charge des patients adressés, et dont les explorations allergologiques et/ou les traitements ne peuvent être assurés en médecine de ville : allergies médicamenteuses, allergies aux venins d’hyménoptères, angioedèmes complexes, et enfin maladies allergiques respiratoires ou alimentaires en échec avec les prises en charge habituelles.

Allergies médicamenteuses

L’exploration nécessite des tests longs dont l’interprétation peut s’avérer complexe, avec plusieurs lectures. Elle nécessite parfois d’être complétée par des tests de réintroduction en milieu protégé pour vérifier que les molécules peuvent être reprises sans risque par le patient si tous les tests sont négatifs.
Les médicaments testés peuvent être : les antibiotiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, l’aspirine, les corticoïdes, mais également les produits d’anesthésie générale et locale, ainsi que les produits d’imagerie médicale (produits de contraste iodés, produits gadolinés). Actuellement, se développent également des explorations vis-à-vis des biothérapies qui sont de plus en plus utilisées.

Allergie aux venins d’hyménoptères

Les équipes du CHU assurent l’exploration complète ainsi que l’initialisation de l’immunothérapie lors d’une courte hospitalisation, le suivi du patient étant ensuite assuré par son allergologue de ville référent.

Allergies respiratoires et alimentaires complexes

L’unité s’appuie sur le plateau technique d’immunologie allergologie du CHU, qui permet des explorations poussées, en particulier en allergologie moléculaire.

Angioedème

Associé à cette unité, le centre de compétence des angioedèmes non histaminiques (associé au CREAK : centre de référence des angioedèmes à bradykinine) complète l’offre de soins pour l’exploration et le traitement de maladies rares qui peuvent évoquer une allergie, mais qui nécessitent une prise en charge très spécifique.

CONTACT

service de médecine interne et post-urgences, pôle des spécialités médicales

En pratique :

Prise de rendez-vous :

- soit par téléphone  au 05 56 79 55 41, soit par mail à , pour des patients adressés par leur médecin traitant ou par leur médecin allergologue.
- les antihistaminiques doivent être arrêtés au moins 5 jours avant la consultation, sinon les tests cutanés sont impossibles à réaliser.
- il n’est pas nécessaire d’arrêter les traitements pour l’asthme.

Durée :

Une consultation classique dure une demi-heure.
Une consultation pour les allergies médicamenteuses ou aux anesthésies générales dure 1 heure et demie à 2 heures, pour les venins d’hyménoptères 3 à 4 heures.

Les tests de réintroduction :

Ils se font soit dans le service de médecine interne et post-urgences, soit en hôpital de jour

 
Information du 22 septembre 2016