L'achalasie de l'oesophage - RDV FR3 - MIDI PILE - lundi 22 Juin 2015

Le service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive du CHU de Bordeaux vient de réaliser ses premières myotomies œsophagiennes et devient donc le 3ème établissement français à pratiquer ce geste. Les trois premiers patients aquitains, traités en mars 2015, présentent des résultats très favorables.
Ce site utilise Matomo pour analyser votre navigation dans le respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
Voulez-vous nous aider à améliorer le service offert en autorisant Matomo à collecter ces informations ? En savoir plus

  

France3
Dossier Santé Aquitaine : L'achalasie de l'oesophage : un traitement alternatif à la chirurgie invasive par france3aquitaine

Diffusion lundi 22 juin 2015

Emission Midi Pile





Invité plateau : Dr Edouard Chabrun, Praticien hospitalier au service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive
Service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestivegroupe hospitalier Saint-André - CHU de Bordeaux

Reportage : Interview du Pr Frank Zerbib, PU/PH service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive
Rencontre d’un patient, et images d’une POEM, technique endoscopique, traitement alternatif à la chirurgie invasive
service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive , groupe hospitalier Saint-André

Qu’est ce que l’achalasie ?

L’achalasie de l’œsophage, à laquelle peut remédier la POEM, est une pathologie rare qui touche deux personnes sur 100 000. Il s’agit d’un trouble moteur dû à l’absence de relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage, muscle situé à l’entrée de l’estomac. Cette anomalie empêche donc la progression des aliments chez les sujets atteints de la maladie.


Les symptômes

L’achalasie se traduit par une dysphagie, les patients se plaignent alors de blocages alimentaires, les aliments s’accumulant à l’entrée de l’estomac puisqu’ils ne peuvent y entrer. Le patient souffre également de vomissements et de régurgitations acides provoquant des brûlures d’estomac.
L’achalasie peut évoluer vers l’aphagie ; dans ce cas, le sujet ne peut plus rien avaler, entrainant chez lui une perte de poids et une altération franche de son état général.

Qui peut bénéficier de ce traitement ?

Généralement, le sujet atteint d’achalasie est diagnostiqué entre 30 et 60 ans mais cette maladie existe à tous les niveaux. Jusqu’à présent, le traitement de l’achalasie repose sur des dilatations endoscopiques de l’œsophage à l’aide d’un ballonnet ou la myotomie chirurgicale (intervention de Heller). La POEM peut être proposée en cas d’échec des dilatations, comme alternative au traitement chirurgicale, ou en première intention dans certaines formes particulières d’achalasie.

La POEM, les avantages d’une technique non chirurgicale

La POEM est une technique endoscopique développée par le professeur japonais Haruhiro Inoue. En 2008, il réalise la première mondiale. Depuis, plus de 2000 procédures ont eu lieu dans le monde et s’inscrivent dans l’évolution de la miniaturisation de la chirurgie et de la complexification des techniques endoscopiques.

Cette alternative à la chirurgie fait donc appel à l’exploration et l’exercice de gestes médicaux par la création d’un tunnel entre la muqueuse et le muscle en coupant les fibres sous-muqueuses. La POEM ne nécessite pas d’incision cutanée et favorise donc une réduction de la douleur post-opératoire et du temps de récupération chez les patients. Cette technique, dont les résultats sont comparables à la chirurgie invasive, réduit le risque d’infection au niveau de la lésion. Elle se pratique sous anesthésie générale et dure en moyenne 1h30.

« Notre service est un des référents français dans la prise en charge des troubles de l’œsophage. En Aquitaine, nous sommes les seuls à pratiquer la POEM. Nous prenons alors en charge une grande partie des achalasies d’Aquitaine, en tout cas, les patients qui ne répondent pas aux traitements standards […] »

Dr Edouard Chabrun
PH au service d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive, CHU de Bordeaux.

Information CHU de Bordeaux 17 Juin 2015